L’Agriculture Urbaine 2

cultures sur toits

L‘agriculture urbaine recouvre différents types de production, de plantes, de champignons ou d’animaux sur le territoire urbain ou péri-urbains. Le concept de l’Agriculture Urbaine a germé depuis quelques années dans les grandes villes du monde. Les acteurs de l’agriculture urbaine proposent une alternative face aux problèmes écologiques, sociaux et économiques du système actuel. Bien plus que réactionnaires, ces projets anticipent une réalité future… en 2050 80% de la population mondiale sera urbaine. Or à titre d’exemple, aujourd’hui, Paris ne dispose que de 3 jours de réserves alimentaires en cas de problème.

On peut distinguer dans ces projets deux types de solutions : les solutions “low tech” et les solutions “high tech”.

Les solutions “low tech”  de l’agriculture urbaine:

Elles s’apparentent à des projets de potagers sur toit, des potagers dans des espaces publics avec des solutions techniques simples. Où l’on insiste sur la récupération des eaux de pluie, le recyclage des déchets ménagers et la création d’écosystème propice à la recolonisation d’une faune et flore sauvages. En France de nombreux projets de ce genre se sont développés tel que le potager sur le toit de l’école AgroParisTech. La dimension sociale est également présente dans ce type de projet, souvent participatifs.

Potager sur toit AgroParisTech

Potager sur toit AgroParisTech

 

 

 

 

Les solutions “high tech” de l’agriculture urbaine:

Le “high tech” au contraire fait intervenir des techniques de cultures innovantes tel que l’aquaponie, l’hydroponie, des serres verticales… Ces projets sont plus présents à l’étranger, tel que l’emblématique « Sky Greens » à Singapour qui produit 1% des besoins de l’île en légumes verts.

Ferme Vertical Sky Greens

Ferme Vertical Sky Greens

 

D’une manière générale cette tendance s’explique à travers trois grands avantages:

Les avantages environnementaux de l’agriculture urbaine :

  • Améliorer la qualité de l’air en ville (filtration des particules, production d’oxygène, absorption du CO2) ;
  • Lutter contre l’effet « Îlot de chaleur » et améliorer l’isolation thermique des toits
  • Créer des écosystèmes propices pour la faune et la flore
  • Maintenir des sols vivants, prévenir leur érosion, agir sur le cycle de l’eau, l’imperméabilisation des sols et l’alimentation de la nappe phréatique…
  • Préserver des variétés qui ont tendance à disparaître avec les standards de l’agriculture de masse et  la grande distribution
  • Luter contre le « food miles » (distance entre le site de production du produit et son lieu de consommation)

Les avantages sociaux de l’agriculture urbaine :

  • Créer des liens entre les habitants à travers des projets collectifs
  • Développer le bien être des habitants à travers une activité éducative et ludique
  • Améliorer la santé des habitants à travers une consommation de produits bios et frais
  • Réinsérer des personnes en difficultés

Les avantages économiques de l’agriculture urbaine :

  • Développer des modes de consommation alternatives pour les personnes nécessiteuses
  • Donner l’opportunité à des ménages d’acquérir une certaine autosuffisance alimentaire
  • Réinsérer des personnes en difficulté

Les Smart Cities devront intégrer à leur plan d’urbanisme ce concept pour que les futurs bâtiments aient la capacité d’accueillir de tels projets.

De plus pour les rendre économiquement viables, ces villes devront aider au développement d’un nouveau circuit cours de proximité.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à consulter le site de  l’Observatoire de l’Agriculture Urbaine et de la Biodiversité.

Hugo Halluin

Menu
X